Le printemps étant de retour, les températures sont remontées de façon importante pendant plusieurs jours. Ceci a provoqué une éclosion des parasites et en particulier la tique, il en existe plus de 800 espèces dans le monde. Seules, quelques-unes sont porteuses de maladies comme la maladie de Lyme (Borréliose) l’ehrlichiose, la piroplasmose, l’anaplasmose, l’hépato zoonose et la mycoplasmose, d’autres transmettent des neurotoxines.
La tique se nourrit du sang de ses hôtes, elle vit dans la nature sur les feuilles et fougères. Elle se perche en hauteur et attend le passage d’une cible pour se laisser tomber et essayer de se fixer sur celle-ci à l’aide de ses huit pattes.  Pour détecter sa cible, comme elle ne voit, ni entend, elle utilise un organe sensoriel qui détecte le gaz carbonique et l’acide butyrique que les animaux ou humains émettent.

Les actions pour lutter contre les tiques

En préventif
il existe plusieurs moyens pour essayer d’éviter que la tique ne puisse s’installer sur l’animal.
Certains sont plus ou moins efficaces selon les chiens car ils ne réagissent pas tous de la même façon.
Nous ne sommes pas pour la prise de comprimés (style BRAVECTO, NEXGUARD) car des effets secondaires ont été constatés sur certains chiens.
Nous vous conseillons la mise en place de plusieurs dispositifs qui peuvent s’additionner :
– poser un collier (type SERESTO)
– saupoudrer le chien avant et après la promenade avec de la poudre de terre de diatomée pour éviter que la tique ne se fixe. Attention cette opération doit être effectuée avec prudence car cette poudre est extrêmement volatile. Cette solution peut être efficace à condition que le chien n’aille pas dans l’eau. L’application peut se faire tous les 5 à 7 jours, pour éviter d’en faire voler partout, on peut mettre la poudre dans un collant ou une chaussette et tapoter l’animal. Attention de ne pas en mettre trop, cela dessèche la peau.

Il existe aussi des sprays à pulvériser type Melaflon, des préparations à base d’huiles essentielles et hydrolat, l’huile végétale de noix de coco, le vinaigre des 4 voleurs, des médailles tip-clip comme répulsifs.

En curatif
Vous devez être vigilant à chaque retour de promenade en examinant soigneusement votre boule de poils.
Le simple fait de passer un rouleau anti-peluches sur le corps de votre chien vous permettra facilement de capturer toutes les tiques qui ne sont pas encore accrochées.
Ensuite, examinez votre chien en passant la main sur les zones suivantes : le cou, les oreilles, le museau, le ventre, les cuisses. Toutes ces zones sont propices à l’attaque de la tique.

Une fois la tique repérée, il va falloir l’extirper délicatement à l’aide d’un tire-tique. Ne mettez surtout pas de produit avant car la tique risque de régurgiter des toxines
Le tire-tique doit être bien placé au plus près contre la peau. Il existe deux types de tire-tique, nous avons essayé les deux et le plus efficace nous semble être celui avec un sabot. En tout cas c’est celui que nous utilisons régulièrement. (voir photo ci-joint)

Les photos ci-dessus et ci-dessous vous montrent en comparaison avec une allumette que les tiques ont différentes tailles selon leur croissance (3 stades : larve, nymphe et adulte)
chacune de leurs mues (stade) nécessite un repas de sang.
Les larves n’ont que 3 paires de pattes alors que les nymphes ou adultes en ont quatre.

Pour retirer les tiques nous vous conseillons le modèle de gauche sur la photo ci-dessus.
Pour enlever correctement la tique, mettre le sabot perpendiculaire à celle-ci, pas de face et effectuer 2 ou 3 rotations lentement puis tirer vers le haut. 
Ensuite désinfecter avec de la bétadine,  biseptine ou antiseptique classique.